formation

Actualités

L’équipe du MS Iméo se renforce : bienvenue à Julien Touboul !

Publié le 07 Juin 2022

Les inscriptions au Mastère Spécialisé® en ingénierie marine et éolien offshore (MS Iméo) sont ouvertes pour la rentrée de septembre 2022 ! 

La responsable pédagogique du diplôme, Lili Kimmoun, a récemment été rejointe par Julien Touboul, enseignant-chercheur rattaché au laboratoire Irphé*, co-responsable du MS Iméo, maître de conférences dans le parcours Génie maritime et directeur adjoint de l’Institut des sciences de l’océan. Rencontre avec cette nouvelle recrue centralienne. 

Quelle est votre formation ?

Je suis sorti diplômé de l’ENSTA Bretagne (parcours d’architecture navale et offshore), en 2003. J’ai ensuite suivi le parcours mécanique des fluides du master de mécanique de l’université d’Aix-Marseille, avant de réaliser ma thèse de doctorat au sein du laboratoire Irphé*. Soutenue en 2007, elle portait sur la dynamique des vagues scélérates et leur évolution sous l’action du vent. Mes travaux combinaient des approches théoriques, numériques et expérimentales.

Un parcours professionnel entre enseignement et recherche...

À l’issue de mon doctorat, je me suis rapidement tourné vers l’océanographie, en obtenant un poste d’attaché temporaire d’enseignement et de recherche au sein de l’OSU Pythéas** (Institut Pythéas-Observatoire des sciences de l’univers). 

Recruté en tant que maître de conférences à l’université de Toulon, j’ai ensuite enseigné à SeaTech, l’école d’ingénieurs dédiée aux sciences de la mer, et effectué ma recherche au MIO*** (Institut méditerranéen d’océanologie). 

Mes activités de recherche ont porté sur les ondes à la surface des mers, leur aspect non linéaire, mais également leur interaction avec le milieu (courant, vent, bathymétrie variable…). J’ai soutenu mon habilitation à diriger des recherches sur ces thématiques à l’université de Toulon, en 2014. 

Pendant mon parcours, je me suis également attaché à contribuer au développement du MIO. J’ai ainsi co-dirigé l’équipe d’Océanographie physique, littorale et côtière du laboratoire, de 2016 à 2018. J’ai par la suite quitté ces fonctions pour devenir chercheur invité à l’école polytechnique d’Athènes pendant l’année universitaire 2018-2019. À mon retour, j’ai accepté le poste de directeur adjoint du MIO jusqu’en janvier 2022, date à laquelle j’ai rejoint Centrale Marseille. 

Quelles sont vos missions à Centrale Marseille ?

Je suis arrivé à l’école Centrale ainsi qu’à l’Irphé au début du mois de février. Au sein du laboratoire, j’ai rejoint l’équipe Structures Atmosphère Océan (SAO), avec laquelle je collaborais de longue date. Je continuerai à y développer des projets de recherche autour des thématiques des sciences de la mer et de l’ingénierie marine. 

Sur le plan pédagogique, j’interviens en renfort du parcours Génie maritime de l’École et du mastère spécialisé® en ingénierie marine et éolien offshore. Parallèlement, j’ai accepté de rejoindre l’équipe de direction de l’Institut des sciences de l’océan, conjointement porté par Centrale Marseille et l’université d’Aix-Marseille. 

Pourquoi avoir choisi notre école et qu’en attendez-vous ?

L’école Centrale de Marseille est un superbe établissement, qui offre un cadre remarquable. D’excellents étudiants y poursuivent leurs études, tous très concernés par leur formation et leur avenir professionnel. Ils évoluent dans un cadre scientifique de très haut niveau, l’école étant cotutelle de huit laboratoires du site d’Aix-Marseille. 

En outre, l’École attire l’attention des grands groupes industriels ainsi que des PME actives dans de nombreux secteurs, dont maritime. Génie côtier, génie maritime, génie océanique font face à de nombreux défis technologiques et sociétaux, souvent interdisciplinaires. De même, le développement des énergies marines renouvelables constitue un enjeu, à la fois central pour la transition énergétique de notre pays et très ancré en Région Sud. Grâce à ce contexte particulièrement porteur, Centrale Marseille est en mesure de développer une dynamique très forte de recherche, de pédagogie et d’innovation. 

Quels sont vos projets au sein de l’École ?

Forte de ce contexte et de sa dynamique de croissance, Centrale Marseille peut jouer un rôle essentiel dans la transformation de notre pays, et ce sur de nombreux aspects. Notamment en faisant émerger de nouveaux projets capables de créer une réelle synergie entre les acteurs de la pédagogie, de la recherche, et de l’innovation. J’espère sincèrement pouvoir contribuer à ces beaux objectifs.

 

L’Institut de recherche sur les phénomènes hors équilibre est une unité mixte de recherche (UMR 7342), en cotutelle avec Aix-Marseille Université, le CNRS et Centrale Marseille.

** L’Observatoire des sciences de l’univers Institut Pythéas est placé sous la tutelle de l’AMU, du CNRS, de l’INRAE et de l’IRD.

*** L’Institut méditerranéen d’océanologie est conjointement dirigé par l’AMU, l’Université de Toulon, le CNRS et l’IRD.

 

A lire également