formation

Actualités

Apprendre à se connaître et se construire à travers l’Alternance Projet Associatif. Le témoignage d’Alizée.

Publié le 08 Octobre 2019

Alizée a profité de l’Alternance Projet Associatif (APA), un dispositif singulier de Centrale Marseille qui séduit chaque année des élèves-ingénieurs désireux de s’investir là où personne n’a encore mis les pieds… ou presque. Son défi ? Monter un festival de musique et une rampe de lancement pour les artistes de demain.

Qui n’a jamais rêvé de… 

Avertir ses pairs face aux problématiques environnementales avec le programme « Campus vert », créer un salon de musiques électroniques, organiser un tournoi sportif inter-écoles, mettre en place des actions de sensibilisation sur la liberté d’expression et l’importance du droit de vote, ou encore organiser un festival. Après avoir convaincu plus d’un millier de « musicos » et accueilli des groupes comme Skip the Use, Salut c’est cool, Big Flo & Oli ou encore Deluxe, les Massiliades reviennent cette année sous l’impulsion d'une équipe étudiante et d'Alizée.

Sortir du cadre, vraiment ? 

Pour Alizée, le dispositif APA est une opportunité inédite de découvrir le milieu de l’événementiel. Elle peut se lier à d’autres écoles, d’autres communautés d’élèves et de professionnels. Pour autant, Alizée n’est pas dans une démarche de rupture et vit son expérience plutôt comme une occasion d’enrichir ses études. « Cette alternance m’offre un accompagnement personnalisé, un temps précieux, une semaine par mois hors période de formation et surtout un cadre sécurisant et stimulant avec un fort soutien de l’école qui me confère confiance et crédibilité ».


La question du sens dans le rapport à l’apprentissage

Il est important de considérer que le dispositif APA permet de se lancer dans la réalisation d’un projet choisit par l’élève lui-même. A la manière d’un entrepreneur, il est amené à gagner en autonomie, sens des responsabilités, en connaissance de soi : « Avant tout, cette alternance m’a appris à faire face à des situations inédites, à créer des liens forts et à croire en mes valeurs. Il faut être capable de maintenir la motivation en permanence, à chaque étape. Mon alternance se modélise selon mes convictions et mon implication ».


Et après ?

« Bien évidemment, avec mon équipe, nous transmettrons le flambeau de l'année prochaine aux futurs organisateurs des Massiliades, qu'ils puissent expérimenter et construire une édition qui leur ressemble. Un des buts de mon alternance était également de pérenniser les améliorations que l'on pouvait apporter au festival. Quant à moi, cette alternance m'a permis d'être plus lucide sur mes capacités de travail. Elle m'a également donné envie de me lancer dans un nouveau défi : m'orienter vers un double diplôme ! J’attends de découvrir avec beaucoup de curiosité les nouveaux projets d'alternance associative qui vont émerger cette année et les personnalités captivantes qui vont les porter. »

L’engagement associatif enfin reconnu à sa juste valeur

Le débat sur la valorisation de l’engagement associatif n’est pas tout jeune. Il a d’ailleurs donné lieu à une loi baptisée « Egalité et citoyenneté » entrée en vigueur le 10 mai 2017. Ce texte demande, en effet, aux établissements d’enseignement supérieur de créer un outil « garantissant la validation, pour l’obtention d’un diplôme, des compétences, connaissances et aptitudes acquises par leurs étudiants dans l’exercice d’activités associatives, sociales ou professionnelles ».

L’Alternance Projet Associatif justement, encadre et évalue les étudiants, leur permettant de développer un projet qui leur tient à cœur. Surtout, l’Ecole centrale de Marseille reconnaît et valorise les compétences et aptitudes dûment acquises dans le cadre des activités associatives.

Pour les soutenir 

Vous adhérez au projet et souhaitez participer à la cagnotte ? Le financement participatif Kiss Kiss Bank Bank leur permettra de financer les artistes ainsi que les animations.